Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘mères et énergie’ Category

annapavlova

Anna a travaillé durant 9 ans dans la fameuse école de Shetinin en Russie. Elle nous transmettra les connaissances de Shetinin et sa propre sagesse. Son enseignement s’adresse à toute personne curieuse de se confronter à ces nouvelles impulsions venues de l’orient.

8 décembre 2017, conférence à 20h. à l’école Steiner de Rivapiana Locarno

« ENVIRONNEMENT SCOLAIRE – PHILOSOPHIE de VIE »

Ne vous êtes vous jamais demandés … pourquoi l’école est apparue dans sa forme et son état actuel ? Quelle est sa fonction réelle aujourd’hui pour notre société ?

L’école d’Aristote, par exemple – était un jardin fleurissant, où la sagesse, la compréhension, la prise de conscience de soi se sont faites au cours des promenades et conversations des étudiants.

L’école, n’est pas une structure physique ou son équipement …  c’est avant tout un groupe de personnes qui créent un environnement propice à un apprentissage qui ait du sens, pour des études efficaces et de haute qualité. Comment organiser cet espace selon les lois de la Nature et une image élevée de l’Homme ?

 

9-10 décembre séminaire de 9h30 à 17h. au Centro Lungta

« Concepts éducatifs de base pour la nouvelle ère »

Les idées sont à la base de tous phénomènes

Ce séminaire est vraiment utile pour les parents et les professeurs qui veulent aider leurs élèves et enfants à se débarrasser de leurs angoisses et réticences à étudier, de façon à réveiller un mode d’apprentissage en accord avec le sens profond de l’étude.

Il aidera également les adultes à comprendre les lois Naturelles du vivant.

Avant d’étudier un sujet, quel qu’il soit, nous devons nous synchroniser avec les termes principaux et les concepts à prendre en considération.

 

11 décembre workshop de 9h30 à 12h30 au Centro Lungta

“Résonnance et harmonie en famille”

Que faire lorsqu’il n’y a pas de résonnance entre un enfant et un parent ? D’où vient cette disharmonie ?

Quel est le rôle d’un enfant dont les parents divorcent ou sont en conflits?

Les énergies génériques et les énergie génétiques. Quelles sont elles ? D’où viennent elles? Quelle est la différences entre les deux?

Comment se reconnecter à l’énergie ancestrale ? Est ce que cette dernière est commune pour toutes les personnes ou est ce que chaque être a la sienne propre ?

 

11 décembre, de 14h. à 17h. au Centro Lungta

“Enfant et parents : Pour de justes relations ”

De la pré-conception à 21 ans

La naissance d’un enfant est une étape très importante dans la vie d’une femme, qui porte toute la responsabilité de la naissance. Chaque famille n’est pas appelée à donner naissance à des enfants, certaines ont d’autres missions. Nous parlerons aussi des règles de communication et des règles naturelles d’éducation au cours de chaque cycle de sept ans pour une croissance harmonieuse des enfants.

Dès la naissance chaque nouveau-né, a déjà sa personnalité, ses propres objectifs de vie et ses tâches à accomplir. L’univers offre aux parents tout ce qui est nécessaire à l’enfant pour son développement et son accomplissement. Les parents ont la responsabilité de donner à l’enfant ce qui lui est réellement nécessaire, même si ce sera parfois  en dissonance avec leurs idées. Ces divergences sont plus facilement surmontables si chacun peut vivre dans la justesse de ce qu’il est réellement.

8 et 12 décembre, au Centro Lungta

« Rencontres individuelles” avec Anna

Coûts: 

Conférence : entrée avec participation libre et consciente

Séminaire 9 et 10 décembre : CHF 220.-

Workshop 11 décembre: la journée: CHF 110.-/ la matinée : CHF 60.- /l’après-midi: CHF 60.-

Ou les 3 jours – 9/10/11 décembre: CHF 300.-

Rencontres individuelles (environ 45-60 min) : CHF 60.-  (uniquement sur rendez-vous)

Réductions: Les personnes avec un faible budget peuvent nous contacter

Informations et inscriptions : julie 0041 (0)79 636 69 48

Publicités

Read Full Post »

UN CONTE DU VALAIS

La pierre du meurtrier

Dans la grande forêt connue sous le nom de bois de Finges, entre Sierre et Loèche, se trouve un rocher fendu du haut en bas, la Pierre du meurtrier, qui doit son nom à la légende que voici :

Un meurtrier, dans les mains duquel un enfant était tombé en traversant le bois, lui fit les questions suivantes :

– Qu’y a-t-il de plus beau que le jour ?

– Le regard de la mère.

– Qu’y a-t-il de plus précieux que l’or ?

– Le coeur de la mère.

– Qu’y a-t-il de plus doux que le miel ?

– Le lait de la mère.

Qu’y a-t-il de plus moelleux que l’édredon ?

– Le giron de la mère.

– Qu’y a-t-il de plus fort que la mort ?

– L’amour de la mère.

– Qu’y a-t-il de plus dur que la pierre ?

– Le coeur du meurtrier.

Alors le meurtrier jeta l’enfant avec une telle force sur le rocher, qu’il le fendit, comme on peut le voir aujourd’hui, – mais le plus miraculeux, c’est que l’enfant ne fut pas tué.

maman

un conte raconté par

Mario *** (Marie Trolliet)

“LE GÉNIE DES ALPES VALAISANNES” 1893

édité par les Bourlapapey,

bibliothèque numérique romande

http://www.ebooks-bnr.com

Read Full Post »

MYO-Subsidised-web-sizeEco Femme est un projet d’empowerment né de la sororité féminine qui unit les femmes autour de l’écologie, de l’éducation et de moyens de subsistances équitables.

Cette entreprise sociale, rurale, accompagne des femmes indiennes marginalisées vers plus d’autonomie.

Je vous invite à entrer vous aussi dans cette ronde féminine et amplifier le mouvement en leur achetant des serviettes hygiénique à coudre vous mêmes pour vos filles, petites filles, soeurs, amies… et générer ainsi amour et dignité autour des lunes.

Une serviette cousue avec soin et tendresse pour une de vos proche sera à chaque utilisation un rappel de ce grand cercle de femmes, de ce grand cercle de vie et de créativité dans lequel nous nous inscrivons toutes et duquel nous sommes toutes nées. Elles peuvent se coudre à la main ou à la machine selon les préférences de chacunes. Ce n’est pas compliqué du tout. C’est bon pour nous, respecteux de la Terre et peut être un merveilleux cadeau pour accueillir une jeune femme dans le cercle des lunes, lors de ses premières règles.

Dans de nombreuses traditions autour du monde, les femmes cousent, de mères en filles, pour se souhaiter du bonheur.

Au Tibet, les habits des nouveaux nés sont traditionellement cousus avec amour, en famille,  dans les jours qui suivent la naissance, pour générer une énergie protective et souhaiter la bienvenue à ce nouvel être.

Au Khyrghisistan, les femmes cousent et brodent des années durant la tenture intérieure de la yourte, décorée de motifs en lien avec la croissance de l’enfant et sa biografie, elle  sera offerte au mariage de ce dernier pour protéger sa nouvelle famille.

Chez nous il y avaient les trousseaux. Un moyen de garder sous les yeux et de ne pas perdre de vue les rêves de jeune adolescentes tout au long du parcours de la vie d’une femme.

Plus contemporain et commercial, mais cela peut donner des idées, une entreprise allemande de vêtements et produits pour le yoga, qui insère des mini pierres semi précieuses dans les ourlets et travaillent avec des symboles particuliers pour énergétiser les produits et les rendre plus protecteur de votre énergie.

Je suis pour ma part relativement peu douée dans ces domaines, mais parfois je regrette vivement d’être ainsi livrée aux produits industriels de masse, du simple fait de mon incompétence. Et donc, ce kit venant d’une entreprise sociale, me semble être comme une main tendue par mes soeurs pour m’aider à concrétiser une vision.

Nous allons recevoir des kits à coudre soi-même tout bientôt, contactez nous si cela vous tente!

Et une petite démo pour celles qui comprennt l’anglais:

 

 

Read Full Post »

Manuel des parents autonomesNous signalons la réédition du livre du Dr Françoise Berthoud : « Mon enfant  a t’il besoin d’un pédiatre? » sous le titre:

« Manuel des parents autonomes et parfois rebelles à la médecine autoritaire »

avec le souhait de stimuler les parents et les mères en particulier, à rester en contact avec leur ressenti et leurs forces vives pour le bien de leurs enfants….

 

Comme les éditions précédentes de ce livre, publiées alors sous le titre de Mon enfant a-t-il besoin d’un pédiatre, cet ouvrage sera utile aux parents pour lesquels les réponses des pédiatres conventionnels ne suffisent plus. Les pédiatres des hôpitaux ont bien sûr un savoir utile en cas de graves problèmes, en fait très rares dans la vie d’un enfant, mais les pédiatres qui “suivent les enfants” au quotidien ou lors de

maladies courantes sont le plus souvent prisonniers d’une médecine de la peur des maladies, riche en vaccinations et en antibiotiques. Les parents sortent souvent de leurs consultations anxieux, culpabilisés et parfois frustrés par le manque de dialogue avec le praticien. Or, beaucoup de familles ont compris que la santé ne peut être confiée aux spécialistes de la maladie mais peut se gérer simplement par des démarches alimentaires ou de vie simple.

Le but de ce livre est de vous soutenir, chers parents, et de vous encourager à regarder votre enfant avec gratitude et confiance, dans la certitude que la sagesse est en vous et que vous saurez trouver les aides nécessaires au bon moment si vous vous laissez guider par votre intuition et votre coeur sur le chemin de l’autonomie dans le domaine de la santé. Le dernier chapitre, nouveau dans cette troisième édition, nous engage à une réflexion sur les obligations vaccinales et thérapeutiques, parfois sévèrement appliquées envers nos enfants. Pouvons-nous y échapper ?

Françoise Berthoud est médecin, diplômée de l’Université de Genève. Elle a exercé comme pédiatre homéopathe, proposant une médecine visant à soutenir l’immunité de l’enfant par des moyens naturels et laissant une grande place au dialogue avec les parents. Aujourd’hui à la retraite, elle fait partie de plusieurs groupes de travail sur les vaccinations et sur une autre vision du sida et se consacre à l’écriture.

Signalons aussi la soirée du mardi 4 novembre 2014 à 20h. à la maison des associations de Genève:

Film  Je ne me tairai pas

Read Full Post »

Prémâcher au Nepal, image de Michel Haton

Prémâcher au Nepal, image de Michel Haton

Prémâcher la 1ère nourriture d’un bébé peut devenir source de grande liberté pour les mamans! C’est si simple d’essayer une bouchée d’un nouvel aliment, sans outils, appareils, ni vaisselle.

Souvent en voyage avec mes bébés, et régulièrement en Inde, où je préférais ne pas laver de la vaisselle dans des conditions douteuses, prémâcher quelques aliments a toujours été d’une grande aide.

J’ai souvent eu aussi la sensation de mieux ressentir en prémâchant ce qui était adapté à un bébé en particulier et la quantité nécessaire. Comme si ma bouche et mon corps, étaient plus apte que mon cerveau à gérer l’intuition.

Il est vrai que dans notre culture c’est relativement mal vu, car peu connu et surprenant pour bien des personnes. J’ai toujours mis les bouchées prémâchées dans mes doigts avant de les porter à la bouche de l’enfant ou même parfois utilisé une cuillère. Car j’ai remarqué que le moment le plus dérangeant pour les autres est celui du contact entre la bouche de la maman et de l’enfant.

La salive est riche en ptyaline, ce qui permet une prédigestion intéressante de l’aliment. A cet effet, plus tard il m’est souvent arrivé de prémâcher une amande pour la rajouter à une bouillie, ce qui avait pour effet de pré-digérer toute la bouillie.

Il existe un livre sur la salive féminine qui est très intéressant et donne bien des pistes pour comprendre cette pratique au niveau de la santé. (G.Wursten, « La salive féminine » édition Centre Macrobiotique, Lausanne). On y apprend que la salive des femmes qui ont leurs lunes est intéressante et précieuse, entre autre de par son pouvoir désinfectant.

Il est préférable que la mère gère elle-même les repas de son enfant, en raison des qualités particulière de sa salive qui est adaptée aux besoins de son enfant. Comme pour le lait où il est normal et logique qu’une mère allaite son propre bébé. Prémâcher est une pratique d’une grande intimité, c’est vrai! Mais il n’y a pas grand chose de la vie des bébés qui se fasse sans intimité. Bien entendu, cela demande d’avoir une bonne hygiène buccale et une dentition en bon état pour éviter les sources inutiles de germes indésirables.

En Mongolie, les mères sont vues comme les gardiennes de la santé et les grandes guérisseuses de leurs enfants. Il est dit qu’avec le lait, la salive et l’urine, une mère peut quasiment tout soigner chez son enfant, à condition d’en être réellement la mère naturelle.

julie breukel michel

Sources:

  • « La salive féminine » G.Wursten
  • « Alimentation de l’enfant » F. Berthoud
  • « La mère » un vieux film Mongole, dont je ne connais pas l’auteur (cela raconte l’histoire d’une mère aveugle qui est jugée inapte à élever son enfant mais sera recherchée par la suite par la mère adoptive pour sauver l’enfant gravement malade).

 

 

Read Full Post »

Le premier film de Marion Cuerq

Pour l’apprécier encore plus, il faut savoir que Marion Cuerq a 21 ans, qu’avant de commencer ce film, elle n’avait jamais touché à la vidéo, ni filmé, ni monté de film, que son budget était très limité, son matériel aussi. Elle demande qu’on ne voie pas son film comme un film pro, mais vous verrez qu’il se défend très bien ! Ce que Marion a voulu montrer, c’est combien il fait bon grandir en Suède, c’est diffuser la bienfaisance qui y règne et montrer son existence et son fonctionnement.

Bande annonce avec un click sur l’image:

les mains bienvaillantes

version complète ici : http://www.oveo.org/

Read Full Post »

A Beautiful Body Jade BeallNous sommes belles. Nous sommes superbes dans nos transformations et nos changements. Parfois, nous nous perdons un peu, mais quelle chance se cache au creux de ce corps de femme qui change et évolue sans cesse. Un corps dit peut être, ce que nous tentons de ne pas voir. Je me souviens de ma première grossesse et de cette joie inconnue, si profonde qui surgissait du fond de moi pour me remplir et me remplir… Cela faisait craquer mes jointures et mes limites, cela me sortait du monde ordinaire pour me diriger tout droit dans un espace inconnu et nouveau, où bien de mes certitudes se sont déposées tranquillement à mes pieds. Je me retrouvais au centre d’un espace vierge, source d’inventions de tant de possibles. Dans mes rêves, je m’étais vue gonfler comme un ballon, prendre de l’ampleur et dans ma joie… prendre mon envol pour flotter légèrment au dessus de la terrasse de ce café où je retrouvais mes amies. Et voilà, que mon corps à son tour se prenait pour une mongolfière. Je n’ai pas seulement grandi intérieurement, mais mesurais bien deux centimètres de plus en fin de grossesse… Quand elle est née, cette plénitude légère est tombée. Je me suis perdue en route dans une naissance qui ne correspondait pas à mes attentes (aujourd’hui, je sais que c’est juste, que la naissance ne fait pas partie des mises en scène que nous contrôlons, mais de ces instants de vraie vie imprévisibles et si importants). Je me suis perdue donc dans une extériorité qui me faisait regarder ce corps avec effroi. Je ne m’y reconnaissais plus! A Beautiful Body  Jade BeallEt pourtant, avec patience, il racontait ce qu’il vivait et matérialisait le fruit de ses réflexions malgré l’imcompréhension de mon regard ennuyé.

Heureusement, plus persévérant que moi, il a poursuivi  lentement ses mutations pour toujours et encore m’étonner et me guider sur un autre chemin que celui qui je croyais prendre.

Au cours des grossesses, j’ai appris à apprivoiser ce changement et à me connaître différement. J’ai appris surtout, que cela passe… et que la joie n’est pas assujettie à l’image. Certaines mutations sont irréversibles. Les cicatrices dessinent sur ma peau des aventures que j’aurais préféré envoyer aux oubliettes de ma mémoire. Ce qui se révélait d’ailleurs presque possible, car la ligne de naissance se cachait bien à l’abri de mon nombril et hors de ma vue. Mais finalement, au détour d’un mouvement, elle finissait par émerger. Et lentement, j’ai pu la digérer.  Il m’a fallu du temps pour reconnaître mon propre ventre.  J’ai retrouvé le fil, en retrouvant cette sensation de reconnexion intérieure de mon énergie qui me permettait de ressentir à nouveau la force qui me venait du sol et les explications de mon fils sur son vécu de naissance. Cela n’a rien à voir avec le regard…. Entretemps, j’aime ce signe exotique de mon corps qui me fait voyager sans partir, en me rapprochant des kangourous. Cela me réjouit de savoir que je suis une maman avec 2 « portes à bébés » et que même une césarienne d’urgence inutile a une fonction et sa raison d’être, mais ceci est une autre histoire… Je crois que le respect et la gratitude sont possible pour notre corps qui enfante comme pour la Terre qui nous porte et que jamais la Terre n’a honte d’être moins colorée ou fleurie sous le blanc manteau de l’hiver. Il nous est possible de célébrer la beauté, la beauté de tous ces changements et de toutes ces transformations fécondes. Aujourd’hui, je suis enchantée par le travail de Jade Beall qui me semble si bien parler de cette chance et de la beauté qui s’y trouve! Jade Beall A Beautiful Body La beauté se pratique. Nous pouvons nous sentir merveilleuses. Nous avons le pouvoir de nos mots. Le pouvoir de choisir ceux qui définissent la réalité qui nous inspire, en un acte de création infini. Nous pouvons exprimer ce qui stimulera la beauté en nous et tout autour de nous… Words To Read When You Need Some Self-Love

Jade Beall Beauty Inside

Qui est Jade Beall?

Jade Beall

plus

julie breukel michel

Read Full Post »

Older Posts »