Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘défi’

Une nouvelle école, basée sur l’apprentissage naturel, se développe rapidement en Europe et ailleurs.

Quelle joie!!!

L’arrivée de l’école Lais, inspirée de Shchetinin, me réjouit. Basée sur l’apprentissage naturel, l’intuition y est développée autant que l’intellect. L’enthousiasme y est si fort, qu’il suffit de 1 ou 2 ans pour assimiler tout le programme de la maturité (ou bac). J’ai la vision d’écoles similaires, adaptées aux sensibilités de nos régions, qui renaissent dans les vallées et permettent la valorisation des savoirs du terroir. Cela semble être un beau contrepoids aux valeurs uniformes, liées aux villes, transmises actuellement.

Lais

« Imaginez une école où l’enfant est considéré comme un être divin, cosmique, capable de se développer de façon holistique. Un lieu où le savoir ne serait pas transmis verbalement durant des heures, car l’enfant serait co-créateur à tous les niveaux : de la construction des bâtiments au programme scolaire, en passant par la cuisine, le jardin, les arts martiaux, la danse, la peinture etc… Un établissement sans classes, avec des groupes d’étude où chaque élève serait aussi enseignant pour pouvoir assimiler pleinement les connaissances. A chaque instant, la transmission enthousiaste, avec le feu du cœur, serait privilégiée. Cette école immergée dans la nature, permettrait d’assimiler tout le programme de la maturité en deux ans, car l’enfant serait autorisé à apprendre naturellement.

Cette utopie existe ! L’histoire a débuté il y a vingt ans, avec l’école de Shchetinin, à Tekos en Russie. Une expérience qui a fasciné et attiré des visiteurs du monde entier. Une jeune femme, à son retour de Tekos, a organisé une première rencontre (mai 2014) avec l’idée de fonder une école d’ici 2 à 3 ans. Devant l’amplitude de l’engouement, la première volée a débuté en septembre en Autriche, sans plus attendre ! L’école s’est transformée et adaptée à notre culture pour devenir l’école Lais.

Plusieurs groupes de travail s’activent pour fonder des écoles Lais ou intégrer ces connaissances dans des écoles existantes. Dès que les parents et les enfants en entendent parler, ils sont touchés et impatients de co-créer ce futur réjouissant. »

Julie Breukel

cet article est paru dans le magazine 1/2015 de Nicefuture – CH2030 100 visions d’expert pour imaginer la suisse de demain. http://www.g-21.ch/nicefuture-mag/

 

POUR EN SAVOIR PLUS sur l’école
l’école autrichienne : http://www.laisschule.at/

le parcours formateur et les différents projets Lais, actuellement en Autriche, en Allemagne, en Italie, au Canada et en Suisse : http://www.laising.at/

Publicités

Read Full Post »

A Beautiful Body Jade BeallNous sommes belles. Nous sommes superbes dans nos transformations et nos changements. Parfois, nous nous perdons un peu, mais quelle chance se cache au creux de ce corps de femme qui change et évolue sans cesse. Un corps dit peut être, ce que nous tentons de ne pas voir. Je me souviens de ma première grossesse et de cette joie inconnue, si profonde qui surgissait du fond de moi pour me remplir et me remplir… Cela faisait craquer mes jointures et mes limites, cela me sortait du monde ordinaire pour me diriger tout droit dans un espace inconnu et nouveau, où bien de mes certitudes se sont déposées tranquillement à mes pieds. Je me retrouvais au centre d’un espace vierge, source d’inventions de tant de possibles. Dans mes rêves, je m’étais vue gonfler comme un ballon, prendre de l’ampleur et dans ma joie… prendre mon envol pour flotter légèrment au dessus de la terrasse de ce café où je retrouvais mes amies. Et voilà, que mon corps à son tour se prenait pour une mongolfière. Je n’ai pas seulement grandi intérieurement, mais mesurais bien deux centimètres de plus en fin de grossesse… Quand elle est née, cette plénitude légère est tombée. Je me suis perdue en route dans une naissance qui ne correspondait pas à mes attentes (aujourd’hui, je sais que c’est juste, que la naissance ne fait pas partie des mises en scène que nous contrôlons, mais de ces instants de vraie vie imprévisibles et si importants). Je me suis perdue donc dans une extériorité qui me faisait regarder ce corps avec effroi. Je ne m’y reconnaissais plus! A Beautiful Body  Jade BeallEt pourtant, avec patience, il racontait ce qu’il vivait et matérialisait le fruit de ses réflexions malgré l’imcompréhension de mon regard ennuyé.

Heureusement, plus persévérant que moi, il a poursuivi  lentement ses mutations pour toujours et encore m’étonner et me guider sur un autre chemin que celui qui je croyais prendre.

Au cours des grossesses, j’ai appris à apprivoiser ce changement et à me connaître différement. J’ai appris surtout, que cela passe… et que la joie n’est pas assujettie à l’image. Certaines mutations sont irréversibles. Les cicatrices dessinent sur ma peau des aventures que j’aurais préféré envoyer aux oubliettes de ma mémoire. Ce qui se révélait d’ailleurs presque possible, car la ligne de naissance se cachait bien à l’abri de mon nombril et hors de ma vue. Mais finalement, au détour d’un mouvement, elle finissait par émerger. Et lentement, j’ai pu la digérer.  Il m’a fallu du temps pour reconnaître mon propre ventre.  J’ai retrouvé le fil, en retrouvant cette sensation de reconnexion intérieure de mon énergie qui me permettait de ressentir à nouveau la force qui me venait du sol et les explications de mon fils sur son vécu de naissance. Cela n’a rien à voir avec le regard…. Entretemps, j’aime ce signe exotique de mon corps qui me fait voyager sans partir, en me rapprochant des kangourous. Cela me réjouit de savoir que je suis une maman avec 2 « portes à bébés » et que même une césarienne d’urgence inutile a une fonction et sa raison d’être, mais ceci est une autre histoire… Je crois que le respect et la gratitude sont possible pour notre corps qui enfante comme pour la Terre qui nous porte et que jamais la Terre n’a honte d’être moins colorée ou fleurie sous le blanc manteau de l’hiver. Il nous est possible de célébrer la beauté, la beauté de tous ces changements et de toutes ces transformations fécondes. Aujourd’hui, je suis enchantée par le travail de Jade Beall qui me semble si bien parler de cette chance et de la beauté qui s’y trouve! Jade Beall A Beautiful Body La beauté se pratique. Nous pouvons nous sentir merveilleuses. Nous avons le pouvoir de nos mots. Le pouvoir de choisir ceux qui définissent la réalité qui nous inspire, en un acte de création infini. Nous pouvons exprimer ce qui stimulera la beauté en nous et tout autour de nous… Words To Read When You Need Some Self-Love

Jade Beall Beauty Inside

Qui est Jade Beall?

Jade Beall

plus

julie breukel michel

Read Full Post »

Un sujet qui ne peut quasiment se traiter sans parler du merveilleux travail de Tsultrim Allione.

Cette femme est une des premières occidentales à être ordinée nonne selon le bouddhisme tibétain. Devenue mère, quelques années plus tard, presque sans transition, le chemin a été relativement ardu, surtout dans ses débuts où elle peinait à pratiquer parmi ses enfants. Elle a pourtant relevé brillament ce défi pour considérer aujourd’hui son rôle de mère comme une belle aide dans l’approffondissement de sa pratique.

En effet, dans sa vision, son rôle de mère est devenue une voie naturelle pour développer la compassion, la patience et toute ces autres qualités demandée autant par la pratique spirituelle que par la fonction de mère. Très souvent, surtout en occident, il semble difficile de concillier les deux de façon harmonieuse et fructueuse. Voilà donc, une belle source d’inspiration.

« Through becoming a mother I irrevocably lost the realm where compassion for all beings is visualized from a retreat cabin…

Gradually, however…I began to see mothering as a great practice opportunity…

As I cooked in the cauldron of motherhood, the incredible love I felt for my children opened my heart and brought me a much greater understanding of universal love. It made me understand the suffering of the world much more deeply. This has been an important thread for me, both as a practitioner and as a human being.”

Tsultrim Allione a écrit deux très beaux livres, qui allient sa connaissance du bouddisme et de la condition féminine. « Women of Wisdom » et « Feeding Your Demons: Ancient Wisdom for Resolving Inner Conflict ».

Fondatrice de Tara Mandala, un centre de retraite de l’Ouest des Etats-Unis, elle a été reconnue, en 2007, comme une émanation de Machig Lapdrön (une grande yogini du 11ème siècle) et en 2009, elle a reçu la distinction honorifique de «Outstanding Woman in Buddhism“ (Femme exceptionnelle et internationale dans le bouddhisme) donnée à Bangkok, en Thaïlande.

Pour aller plus loin voir cet article (en anglais):

On Mothering

On Mothering: An Interview with Tsultrim Allione How did you end up choosing Pagosa for your location to start Tara Mandala? Since age 22 I had had a vision to create a retreat center in America with conditions that were similar to those in Tibet, that is, conditions of quiet and the elements in … More →

site web officiel

Julie Breukel Michel

Read Full Post »