Feeds:
Articles
Commentaires
Publicités
Prémâcher au Nepal, image de Michel Haton

Prémâcher au Nepal, image de Michel Haton

Prémâcher la 1ère nourriture d’un bébé peut devenir source de grande liberté pour les mamans! C’est si simple d’essayer une bouchée d’un nouvel aliment, sans outils, appareils, ni vaisselle.

Souvent en voyage avec mes bébés, et régulièrement en Inde, où je préférais ne pas laver de la vaisselle dans des conditions douteuses, prémâcher quelques aliments a toujours été d’une grande aide.

J’ai souvent eu aussi la sensation de mieux ressentir en prémâchant ce qui était adapté à un bébé en particulier et la quantité nécessaire. Comme si ma bouche et mon corps, étaient plus apte que mon cerveau à gérer l’intuition.

Il est vrai que dans notre culture c’est relativement mal vu, car peu connu et surprenant pour bien des personnes. J’ai toujours mis les bouchées prémâchées dans mes doigts avant de les porter à la bouche de l’enfant ou même parfois utilisé une cuillère. Car j’ai remarqué que le moment le plus dérangeant pour les autres est celui du contact entre la bouche de la maman et de l’enfant.

La salive est riche en ptyaline, ce qui permet une prédigestion intéressante de l’aliment. A cet effet, plus tard il m’est souvent arrivé de prémâcher une amande pour la rajouter à une bouillie, ce qui avait pour effet de pré-digérer toute la bouillie.

Il existe un livre sur la salive féminine qui est très intéressant et donne bien des pistes pour comprendre cette pratique au niveau de la santé. (G.Wursten, « La salive féminine » édition Centre Macrobiotique, Lausanne). On y apprend que la salive des femmes qui ont leurs lunes est intéressante et précieuse, entre autre de par son pouvoir désinfectant.

Il est préférable que la mère gère elle-même les repas de son enfant, en raison des qualités particulière de sa salive qui est adaptée aux besoins de son enfant. Comme pour le lait où il est normal et logique qu’une mère allaite son propre bébé. Prémâcher est une pratique d’une grande intimité, c’est vrai! Mais il n’y a pas grand chose de la vie des bébés qui se fasse sans intimité. Bien entendu, cela demande d’avoir une bonne hygiène buccale et une dentition en bon état pour éviter les sources inutiles de germes indésirables.

En Mongolie, les mères sont vues comme les gardiennes de la santé et les grandes guérisseuses de leurs enfants. Il est dit qu’avec le lait, la salive et l’urine, une mère peut quasiment tout soigner chez son enfant, à condition d’en être réellement la mère naturelle.

julie breukel michel

Sources:

  • « La salive féminine » G.Wursten
  • « Alimentation de l’enfant » F. Berthoud
  • « La mère » un vieux film Mongole, dont je ne connais pas l’auteur (cela raconte l’histoire d’une mère aveugle qui est jugée inapte à élever son enfant mais sera recherchée par la suite par la mère adoptive pour sauver l’enfant gravement malade).

 

 

fleurEco Femme –  un proget pour les femmes

De plus en plus de femmes choisissent la voie du respect de leur féminité. Une attitude qui débute par leur corps et se répercute sur notre grande mère à tous, la Terre.

Certains imaginent que c’est astreignant (plus souvent des hommes d’ailleurs!) et celles qui essaient sont généralement conquises.

C’est beau, c’est doux, c’est économique, c’est écologique et en plus cela nous permet d’être indirectement actives en Inde, car chaque serviette vendue permet de donner une serviette là-bas. Au niveau réduction des poubelles, cela double l’effet de nos actes !

Il y a aussi diverses façons de s’en occuper, certaines font tout un rituel autour du lavage de ces serviettes, d’autres les passe en machine. Et c’est juste. Chacune choisit sa voie, sa résonance. Le plus important reste de les laisser tremper 30 minutes dans l’eau froide avant de les laver. Cela permet ensuite de bien les laver et aussi de réduire notre consommation d’eau en les lavant.

Il y a du nouveau chez Eco Femme :

La gamme des produits Eco Femme s’aggrandit et deux nouveaux produits viennent compléter cette belle initiative.

Une serviette de jour +, à mi chemin entre celle de jour habituelle et celle de nuit.

Day pad +

 

Et une nouvelle pochette de voyage, plus sympa que la précédente.

pochette de voyage

pour voir toute la gamme

 

Porter ! 2

2ème partie

à la mode de chez moi…

(les images proviennent du site http://www.notrehistoire.ch/)

porte bébé en valais

6a7145c83af8e58a_jpg_530x530_upscale_q85

ebee9833de48ea66_jpg_530x530_q85

anniviers 1913

327930c2a133e870_jpg_530x530_q85

Le premier film de Marion Cuerq

Pour l’apprécier encore plus, il faut savoir que Marion Cuerq a 21 ans, qu’avant de commencer ce film, elle n’avait jamais touché à la vidéo, ni filmé, ni monté de film, que son budget était très limité, son matériel aussi. Elle demande qu’on ne voie pas son film comme un film pro, mais vous verrez qu’il se défend très bien ! Ce que Marion a voulu montrer, c’est combien il fait bon grandir en Suède, c’est diffuser la bienfaisance qui y règne et montrer son existence et son fonctionnement.

Bande annonce avec un click sur l’image:

les mains bienvaillantes

version complète ici : http://www.oveo.org/

Porter!

 

Porter, être porter, être transporté…

Proximité, intimité, chaleur humaine

Attention, stimulation, tendresse

fatherandsonIglulik_Clothing_1999-07-18

et un petit tour du monde : ICI!

Le corps des mères

A Beautiful Body Jade BeallNous sommes belles. Nous sommes superbes dans nos transformations et nos changements. Parfois, nous nous perdons un peu, mais quelle chance se cache au creux de ce corps de femme qui change et évolue sans cesse. Un corps dit peut être, ce que nous tentons de ne pas voir. Je me souviens de ma première grossesse et de cette joie inconnue, si profonde qui surgissait du fond de moi pour me remplir et me remplir… Cela faisait craquer mes jointures et mes limites, cela me sortait du monde ordinaire pour me diriger tout droit dans un espace inconnu et nouveau, où bien de mes certitudes se sont déposées tranquillement à mes pieds. Je me retrouvais au centre d’un espace vierge, source d’inventions de tant de possibles. Dans mes rêves, je m’étais vue gonfler comme un ballon, prendre de l’ampleur et dans ma joie… prendre mon envol pour flotter légèrment au dessus de la terrasse de ce café où je retrouvais mes amies. Et voilà, que mon corps à son tour se prenait pour une mongolfière. Je n’ai pas seulement grandi intérieurement, mais mesurais bien deux centimètres de plus en fin de grossesse… Quand elle est née, cette plénitude légère est tombée. Je me suis perdue en route dans une naissance qui ne correspondait pas à mes attentes (aujourd’hui, je sais que c’est juste, que la naissance ne fait pas partie des mises en scène que nous contrôlons, mais de ces instants de vraie vie imprévisibles et si importants). Je me suis perdue donc dans une extériorité qui me faisait regarder ce corps avec effroi. Je ne m’y reconnaissais plus! A Beautiful Body  Jade BeallEt pourtant, avec patience, il racontait ce qu’il vivait et matérialisait le fruit de ses réflexions malgré l’imcompréhension de mon regard ennuyé.

Heureusement, plus persévérant que moi, il a poursuivi  lentement ses mutations pour toujours et encore m’étonner et me guider sur un autre chemin que celui qui je croyais prendre.

Au cours des grossesses, j’ai appris à apprivoiser ce changement et à me connaître différement. J’ai appris surtout, que cela passe… et que la joie n’est pas assujettie à l’image. Certaines mutations sont irréversibles. Les cicatrices dessinent sur ma peau des aventures que j’aurais préféré envoyer aux oubliettes de ma mémoire. Ce qui se révélait d’ailleurs presque possible, car la ligne de naissance se cachait bien à l’abri de mon nombril et hors de ma vue. Mais finalement, au détour d’un mouvement, elle finissait par émerger. Et lentement, j’ai pu la digérer.  Il m’a fallu du temps pour reconnaître mon propre ventre.  J’ai retrouvé le fil, en retrouvant cette sensation de reconnexion intérieure de mon énergie qui me permettait de ressentir à nouveau la force qui me venait du sol et les explications de mon fils sur son vécu de naissance. Cela n’a rien à voir avec le regard…. Entretemps, j’aime ce signe exotique de mon corps qui me fait voyager sans partir, en me rapprochant des kangourous. Cela me réjouit de savoir que je suis une maman avec 2 « portes à bébés » et que même une césarienne d’urgence inutile a une fonction et sa raison d’être, mais ceci est une autre histoire… Je crois que le respect et la gratitude sont possible pour notre corps qui enfante comme pour la Terre qui nous porte et que jamais la Terre n’a honte d’être moins colorée ou fleurie sous le blanc manteau de l’hiver. Il nous est possible de célébrer la beauté, la beauté de tous ces changements et de toutes ces transformations fécondes. Aujourd’hui, je suis enchantée par le travail de Jade Beall qui me semble si bien parler de cette chance et de la beauté qui s’y trouve! Jade Beall A Beautiful Body La beauté se pratique. Nous pouvons nous sentir merveilleuses. Nous avons le pouvoir de nos mots. Le pouvoir de choisir ceux qui définissent la réalité qui nous inspire, en un acte de création infini. Nous pouvons exprimer ce qui stimulera la beauté en nous et tout autour de nous… Words To Read When You Need Some Self-Love

Jade Beall Beauty Inside

Qui est Jade Beall?

Jade Beall

plus

julie breukel michel